Page d accueil

Spécialiste des nouvelles & commentaires

"En situation irrégulière, circulait sous 8 identités et connu pour des faits mineurs

"En situation irrégulière, circulait sous 8 identités et connu pour des faits mineurs." Ca continue et ça continuera encore. Bienvenue en France, pays des droits de l'homme et des Bisounours...

J'ai hâte, vraiment hâte d'être à la rentrée et que nous élisions le président d'un nouveau RPR

J'ai hâte, vraiment hâte d'être à la rentrée et que nous élisions le président d'un nouveau RPR. Ceux qui disent que les Républicains non compatibles avec Macron "courent après le FN" disent une contre vérité : on ne court pas après le FN, surtout pas ! Par contre, à force d'être obligés depuis des années de renoncer à ce que nous sommes pour devenir centro-compatibles, nous n'avons plus jamais pu dire haut et fort le fond de notre pensée et nombre de nos électeurs, eux, ont fui vers le FN.
Vouloir les récupérer est indispensable et parfaitement moral, pas en s'alliant avec le FN mais en étant nous-mêmes, ce que nous n'étions plus car la pensée unique avait atteint nos propres rangs avec la création de l'UMP. Ceux qui s'offusquent aujourd'hui, au pire sont intellectuellement malhonnêtes, au mieux, sont de fieffés imbéciles qui eux-mêmes se font avoir. Ils porteront un jour, si nous ne faisons rien, la lourde responsabilité de mettre le FN au pouvoir.
Les Français se sont laissés enfumer par les médias et la mode est "au plus centriste que moi tu meurs". Mais en ce qui me concerne, je n'ai aucune confiance envers un quadra prétentieux, creux et magistralement manipulateur drivé par les nouvelles puissances de l'argent, ni en un soit-disant 1er ministre qui ne sort en aucun cas des rangs de l'assemblée mais a été désigné par Macron pour tuer le camp auquel il appartenait lui-même et qui est devenu le toutou de son maître, de celui auquel il doit tout, sans lequel il ne serait rien. Christian Jacob a eu raison de lui dire aujourd'hui qu'il avait probablement des états d'âme quand il se regardait dans la glace... Non, je ne peux faire aucune confiance à aucun de ces deux hommes ni à ceux qui les ont suivis. Ce n'est pas une question de programme mais une question d'homme.

Je m'étais laissée dire il y a quelques semaines que Francis Adolphe, maire PS de Carpentras, avait rejoint En Marche

Je m'étais laissée dire il y a quelques semaines que Francis Adolphe, maire PS de Carpentras, avait rejoint En Marche... Visiblement, il ne doit en être rien car comment LREM pourrait-elle supporter dans ses rangs un maire non pas seulement mis en examen mais condamné en appel plus lourdement que lors de son 1er jugement, et en particulier ayant perdu ses droits civiques (et familiaux) pour 5 ans ? C'est déontologiquement inacceptable.
M. Adolphe se pourvoit en cassation ce qui rend le jugement suspensif mais il y a bien eu jugement, et même s'il était un jour "cassé" cela ne pourrait être que pour vice de forme. Sur le fond du jugement, violences sur une femme, il y a bien eu condamnation, et lourde condamnation.
Macron a viré Ferrand, Bayrou et Sarnez pour bien moins que ça. Sans doute va-t-il exiger la démission de la mairie et de la CoVe de Francis Adolphe. Quant à l'intéressé, s'il avait le sens de l'honneur, il se retirerait de ses mandats de lui-même. Qui a parlé d'une loi imminente sur la moralisation de la vie publique?

A propos de Thierry Solère qui qualifie de « radicalisée » la droite qui s’apprête à choisir probablement Wauquiez à la présidence des...

A propos de Thierry Solère qui qualifie de « radicalisée » la droite qui s’apprête à choisir probablement Wauquiez à la présidence des Républicains, Maxime Tandonnet précise sur son blog aujourd'hui :
« Dans l'intérêt de la France, pour éviter son naufrage dans le chaos, il est souhaitable qu'une alternative crédible [à LREM si elle échoue d’ici 2022] puisse alors se présenter. Voilà tout l'enjeu de la rénovation des Républicains.
Or, le premier devoir des Républicains est de s'interroger sur les remèdes adaptés à la tragédie actuelle. Qualifier de «radicalisation» toute réflexion ou proposition qui dérange, revient à condamner la politique française au conformisme et à l'immobilisme.
Longtemps le mot «lepénisation» a été utilisé à outrance pour diaboliser le débat d'idées. Le terme de «radicalisation» - qui renvoie dans l'inconscient collectif à des événements dramatiques - est du même ordre: celui de l'insulte, destinée à intimider.
Le début de lynchage médiatique de M. Laurent Wauquiez relève de la même logique: annihiler toute solution d'alternance.
Pourtant, les Républicains ont une mission: chercher des réponses à la crise de confiance des Français envers la politique, en abordant, sans dogmes ni tabous, les grands sujets de l'époque: chômage, dette, pouvoir d'achat, école, frontières, sécurité, terrorisme, démocratie, souveraineté, communautarisme...
Leur vocation, leur défi suprême, est de faire passer un message: il existe bien des hommes et des femmes politiques, dans ce pays, qui privilégient le débat d'idées, l'intérêt général, le bien commun sur l'ego narcissique envahissant et les calculs opportunistes. »

Quand j'étais gosse

Quand j'étais gosse, on ne savait rien de ce qui se passait sous les nuages de Vénus. Certains pensaient encore que Mars était traversée de canaux. On ignorait à peu près tout des planètes du système solaire et plus encore des autres galaxies, que l'on appelait des univers-îles !
60 ans plus tard, nous pouvons voler par-dessus les étranges paysages neigeux de Pluton, plonger dans le cœur de Jupiter, traverser les anneaux de Saturne, descendre à la surface de Titan ou rouler dans les plaines de Mars à bord d'un petit Rover.
Cette curiosité, cette pulsion au voyage, ce besoin de comprendre, d'inventer, de découvrir de nouveau horizons nous a saisi comme une fièvre en Afrique il y a 200.000 ans. C'est sans doute l'un des aspects parmi les plus frappants et les plus nobles de l'intelligence humaine. Mais c'est aussi une terrifiante malédiction pour les autres espèces.
Comme c'est compliqué d'être humain !
L’Asie du Sud-Est est un de plus beaux lieux à voir dans le monde. Venez découvrir cet belle endroit lors d’un voyage au Laos et Cambodge avec Galatourist.
Vous aimeriez aussi: http://www.voyage-laos-cambodge.com/tours/Voyage_au_Laos_et_Cambodge_14_Jours_13_nuits.html

Le radicalisme religieux

Le radicalisme religieux se fabrique et cette production est le résultat de conditions historiques et politiques particulières. Telle ou telle religion n'est donc pas plus qu'une autre protégée du radicalisme ; du fondamentalisme et des effets extrêmement violents qui peuvent en être la conséquence. Quel meilleur exemple que celui d'une dérive fondamentalisme au sein de la religion sans dieu et de toute l'imagerie positive qui l'entoure : le bouddhisme ?
En Birmanie, en Thaïlande, en Inde ou au Sri Lanka, certains moines (du courant "theravada", essentiellement) appellent à la violence envers des musulmans : ils pillent et vandalisent les commerces ; incitent à la haine raciale (ces moines se vivent gardiens du culte ET de la nation).
En Birmanie, Wiratthu, le Vénérable à la bouille rondouillarde tristement célèbre, a créé Ma Ba Tha, un groupe ultranationaliste qui interdit les certificats de naissance aux enfants Rohingya (minorité musulmane) ; qui commet des massacres de Rohingya pour préserver "la race"...
L’Asie du Sud-Est est un de plus beaux lieux à voir dans le monde. Venez découvrir cet belle endroit lors d’un circuit Vietnam Cambodge Laos Thailande.
Vous aimeriez aussi: http://www.circuit-vietnam-cambodge.com/tours/Autres_circuits_combines/Circuit_memorable_de_Thailande_et_Cambodge_12_jours_11_nuits.html

Attention #Vigilance : démarchage en cours dans les lotissements de Saint-Rémy pour des "services" de nettoyage (murs de clôture, façades,...

Attention #Vigilance : démarchage en cours dans les lotissements de Saint-Rémy pour des "services" de nettoyage (murs de clôture, façades, terrasses, ...). Fourgon Renault MASTER blanc immatriculé dept 30 (immat. complète prise en photo).
Au mieux concurrence déloyale (paiement en liquide demandé), au pire repérage avant ...
Coïncidence ? cambriolage dans mon lotissement ce weekend. #Gendarmerie #PoliceMunicipale #SaintRémyProvence

#CétaitAvant #PolitesseCe dimanche matin, politesse d'un autre temps vécue en allant faire mes emplettes gourmandes dans un village voisin de...

#CétaitAvant #Politesse
Ce dimanche matin, politesse d'un autre temps vécue en allant faire mes emplettes gourmandes dans un village voisin de Saint-Rémy (SEdG). Un client présent en même temps que moi dans ce commerce de bouche, m'ouvre la porte pour sortir alors que j'étais les bras chargés.
Un grand merci à ce "Monsieur" !

Glad to present you my last show called "Autumn Leaves"

Glad to present you my last show called "Autumn Leaves". It is dedicated to the new season just upon us in a peaceful mix of leftfield, cinematic tunes and melancolic jazz. The perfect soundtrack to chill and enjoy the charm of the most poetic season, including amazing tracks from Esbjorn Svensson Trio, Phil France, Bremer & Mc Coy, Erik Satie, Jordan Rakei, Bugge Wesseltoft, Portico Quartet, Bill Evans, Mammal Hands, etc...

Ai-je mauvais esprit ? Sans doute

Ai-je mauvais esprit ? Sans doute... mais Macron qui reste immobile, seul, loin des participants pour faire applaudir son intervention sans se mêler aux "autres" relève d'un culte de la personnalité qui ne cesse de s'amplifier ! À part ça , la cérémonie a été émouvante et bien menée .

Merci à Gérard Larcher pour ses propos qui sortent quelque peu des commentaires lénifiants de beaucoup trop d'élus de droite prompts à céder à...

Merci à Gérard Larcher pour ses propos qui sortent quelque peu des commentaires lénifiants de beaucoup trop d'élus de droite prompts à céder à la dernière mode d'aller à la soupe.
"[...]Le sénateur Les Républicains des Yvelines s’est étonné que les engagements du président de la République ne soient pas mis en œuvre. « L’objectif n°1 c’est de retrouver de la compétitivité, de la croissance pour créer de la richesse et de l’emploi, ce que nous n'avons pas entendu. Il faut baisser la dépense publique et nous annoncer rapidement où et comment », insiste Gérard Larcher qui a entendu « un certain nombre de promesses un peu lointaines, un peu vagues et en face je n’ai pas vu les recettes ». Mais surtout, insiste-t-il, « ce quinquennat commence par la certitude de l’augmentation des impôts et pour le reste, on verra après ! »
Si ce début de mandat est lesté du « boulet de 8 milliards d’euros légué par François Hollande », Gérard Larcher observe néanmoins qu’en aout 2016, date à laquelle Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie, est sorti du gouvernement Valls, « le budget 2017 était construit. Emmanuel Macron ne pouvait pas ne pas ignorer la réalité financière du budget de l’Etat, que ce budget était construit sur des impasses mais aujourd'hui, il le découvre officiellement », raille Gérard Larcher n’oubliant pas de préciser que le Sénat avait signalé cette insincérité du budget 2017 en refusant de voter la seconde partie.
« Nous pensions, alors, qu’il manquait entre 6 et 10 milliards d’euros pour boucler le budget 2017. La Cour des comptes vient de chiffrer officiellement le déficit à 9 milliards d’euros. Le Sénat disait la vérité », souligne le président du Sénat précisant qu’Emmanuel Macron ne pouvait ignorer cela.
Remarquant qu’ « on ne pouvait pas traiter la question de l’emploi et de la lutte contre le chômage uniquement par la réforme du code du travail », Gérard Larcher déplore « le manque de vision du Gouvernement en matière de politique territoriale. « Mardi, nous sommes restés dans une forme de flou. Les collectivités locales ont besoin de savoir sur quoi elles peuvent compter », relève celui qui est particulièrement attentif à l’équilibre entre tous les territoires et surtout que les territoires ruraux, les petites villes, les villes moyennes, « qui ont voté aux extrêmes, avec le sentiment d’être abandonnés » ne soient pas oubliés.
Enfin, interrogé sur l’avenir des Républicains, Gérard Larcher estime que notre famille politique « doit faire l’inventaire et se poser un certain nombre de questions : pourquoi nous en sommes là ? Pourquoi nous n’avons pas été en capacité de rencontrer la confiance des Français ? »

Les députés En Marche : il a été merveilleux : discours historique !!! Des vraies annonces ? Limite des mandats, diminution du nombre des...

Les députés En Marche : il a été merveilleux : discours historique !!! Des vraies annonces ? Limite des mandats, diminution du nombre des parlementaires, introduction de la proportionnelle (fin de la Ve République), réforme du conseil économique et social (une planque pour tous les parlementaires recalés ou syndicalistes retraités à recaser, en fait un organisme à supprimer)... Ah bon, c'est nouveau ? Et c'est ça qui est essentiel, c'est pour ça que les Français ont voté EM?
Discours ennuyeux d'autocélébration, creux, pontifiant. Ton lyrique incantatoire. De la com, comme d'hab.
Qu'est-ce que ça va changer à l'état de la France qu'il y aura moins de parlementaires dans 5 ans ? C'est ça le problème du jour ? Le chômage, l'immigration mal contrôlée, l'islamisme qui se répand, oubliés???
Et même l'allusion à la philosophe Simone Weil et à sa notion d'effectivité, aujourd'hui, 3 jours après la mort de l'autre Simone Veil, celle qu'on a tous aimée et qui n'est pas la même, cette référence aujourd'hui est un énieme signe de sa dextérité dans la manipulation des esprits.
Bref, j'ai détesté.

séjour birmanie 2 semaines

2017-03-06 Portrait d'homme (Myanmar) séjour birmanie 2 semaines à Myanmar Discovery

Sapa Bac Ha

chien doux Grace est rentrée chez elle au Royaume-Uni dans une famille aimante. Grace pour les internautes ayant relancé un appel, est arrivée en Angleterre dans sa nouvelle famille. Sauvée de la filière des chiens de compagnie, attachée devant un restaurant en attendant la mort, elle va maintenant connaître une vie de bonheur. Soutien à AAAR qui font une énorme travail au Sapa Bac Ha  http://vietnamdecouverte.com/destinations/sapa-bac-ha/ Vietnam pour sauver les animaux, et sont #vegan ..

L'idéologie de la tendresseÉloge et dérision de la marchandise : tandis qu'une conscience nouvelle dénonce l'imposture de l'amour sans l'amour,...

L'idéologie de la tendresse
Éloge et dérision de la marchandise : tandis qu'une conscience nouvelle dénonce l'imposture de l'amour sans l'amour, le marché de valeurs matérielles et spirituelles inaugure ses boutiques sous l'enseigne de la tendresse, il « promotionne » les douceurs de l'âme et le voluptueux agrément à la seule fin de célébrer les bienfaits du socialisme et du papier de toilette.
Le Bouc émissaire, Prométhée, le Christ avaient fourni sa première propagande illustrée au corps sacrifié au travail, au corps désincarné pour raison de rentabilité. L'image publicitaire de l'amour en propose aujourd'hui la dernière version. La castration du désir n'a changé que de forme.
Pourtant, l'ultime abstraction du vivant côtoie de trop près les passions qu'elle parodie et récupère, elle ne résistera pas longtemps à la volonté d'authenticité qui renaît en chacun comme une enfance à parfaire ; même si la peur du sida entretient pour un temps les spectaculaires vertus d'une sexualité sans corps et perpétue sous le regard d'un Christ ithyphallique et séropositif l'ancestrale peur d'aimer.
(Raoul Vaneigem - Adresse aux vivants sur la mort qui les gouverne et l'opportunité de s'en défaire)

Tant qu'il y aura des prisons, je ne serai pas un homme libre, tant que les enfants seront maltraités et mal aimés, tant que les bêtes seront...

Tant qu'il y aura des prisons, je ne serai pas un homme libre, tant que les enfants seront maltraités et mal aimés, tant que les bêtes seront battues et tuées, tant que les hommes se conduiront en prédateurs de la nature et de leur propre espèce, je ne serai pas tout à fait un être vivant. Mais plus le droit à la vie s'affirmera comme la véritable égalité, moins il y aura de prisons, de répression, de maltraitance, de prédateurs, de barbarie.
Quand nous aurons pressenti que l'humain est la seule valeur et le seul point de rencontre de nos diversités, aucun système de pensée, d'idée, ni de croyance n'aura pouvoir de s'imposer inhumainement.
(Pour une internationale du genre humain - Raoul Vaneigem)

J'y serai et pour trois jours dans le bel hôtel des thermes d'Uriage, accompagné par deux personnalités amies : Nicolas Jallot, auteur du...

J'y serai et pour trois jours dans le bel hôtel des thermes d'Uriage, accompagné par deux personnalités amies : Nicolas Jallot, auteur du documentaire sur Viktor Orekhov, le seul officier du KGB à avoir couvert et protégé, au prix de sept années de Goulag, des dissidents à l'époque soviétique, et par William Bourdon, avocat au barreau de Paris, ardent militant des droits de l'homme et défenseur des lanceurs d'alerte, tel Edward Snowden. De belles rencontres en perspective auxquelles j'ai l'honneur d'être invité depuis des années.

Pour que vous goûtiez la beauté de la langue de Sartre qui, il faut le reconnaître, ne se distingue pas dans tous ses écrits, verbeuse lorsqu'il...

Pour que vous goûtiez la beauté de la langue de Sartre qui, il faut le reconnaître, ne se distingue pas dans tous ses écrits, verbeuse lorsqu'il se fait doctrinaire, voici cet extrait de l'article "Merleau-Ponty" où Sartre revient sur les relations de son ami disparu avec sa mère :
"Il tenait à elle comme à sa propre vie ; plus exactement elle était sa vie. Il dut son bonheur de berceau aux soins qu'elle lui avait prodigués ; elle fut le témoin lucide de son enfance ; à cause de cela, quand vint l'exil, elle en resta la gardienne. Sans elle, le passé fut englouti dans les sables ; par elle, il se conserva hors de portée mais vif ; Merleau-Ponty vécut cet âge d'or, jusqu'à son deuil, comme un paradis qui s'éloignait chaque jour un peu plus et comme la présence charnelle et quotidienne de celle qui le lui avait donné. Toutes les connivences de la mère et du fils les renvoyaient à des souvenirs antiques ; aussi, tant qu'elle vécut, le bannissement de Merleau garda de la douceur et se laissa parfois réduire à la différence nue qui sépare deux vies inséparables. Aussi longtemps qu'ils furent deux à reconstruire ou plutôt à ressusciter la longue préhistoire de ses gestes, de ses passions et de ses goûts, il garda l'espoir de reconquérir cette concorde immédiate avec tout ce qui est la chance des enfants aimés." [Situations philosophiques, Tel, Gallimard, p. 198].
Magnifique, n'est-ce pas !

Petite précaution : lire les billets précédents, sans quoi, on ne comprendra guère d'où ces remarques viennent

Petite précaution : lire les billets précédents, sans quoi, on ne comprendra guère d'où ces remarques viennent.
Le choix de la radicalité se pose aujourd'hui encore. En admettant que Macron soit une sorte de progressiste - ce qui est beaucoup demandé, j'en conviens - le Président serait l'exemple type de ce que Sartre appelle "le faux intellectuel". Progressiste ou non, dans tous les cas, il le placerait, à n'en pas douter, du côté des forces de l'argent,ce qui veut dire de l'oppression et de l'exploitation. Que le prolétariat classique ait à peu près disparu ne change rien à l'affaire. Du coup, on comprend mieux, à la lecture de Sartre, la radicalité de Mélenchon et ce qui oppose les deux. Au fond, c'était le vieux débat entre réformisme (et peu importe qu'il soit libéral ou socialiste) et révolution, socialisme versus communisme, la gestion du système ou le changement radical de paradigme. Sauf que aujourd'hui, ce n'est pas la question du communisme, ni même celle des inégalités ou de l'injustice qui conduit à un nécessaire changement de paradigme : c'est la crise écologique majeure qui nous attend. Même si de fait elle va davantage frapper les pauvres que les riches, nul n'échappera à ses effets, et tout porte à croire qu'ils seront redoutables. C'est l'urgence écologique qui rend archaïque les anciennes divisions et les classements idéologiques traditionnels. Voyez la tentative de penser autrement qui animent les convivialistes, ce mouvement si riche de réflexions et de pistes nouvelles initié par Alain Caillé et par beaucoup d'autres, par Edgar Morin pour ne citer que le plus connu.

Pour faire suite au billet précédent

Pour faire suite au billet précédent.
L'article publié par Sartre dans les Temps Modernes au lendemain de la mort de Merleau-Ponty, et qui a été republié dans "Situations philosophiques" [Tel Gallimard] est une émouvante présentation de l'amitié difficile qui liait ces deux hommes qui avaient fondé les Temps Modernes. La langue magnifique de Sartre nous donne à saisir, dans le contexte historique si particulier des années 50, le sens de l'engagement politique en direction du communisme que l'un et l'autre envisageaient avec un sérieux - une radicalité dans le cas de Sartre - qu'on n'imagine plus aujourd'hui et qui a fini par les séparer. La découverte des camps staliniens jeta Merleau-Ponty dans un scepticisme à l'égard de la politique et de ses espoirs de liberté et d'émancipation - il se replia avec une certaine mélancolie dans sa riche vie intérieure - que Sartre se refusait à partager. Cela tient aussi à la conception que ce-dernier avait de l'intellectuel, et sur lequel je reviendrai bientôt. Sartre s'y révèle un grand écrivain certes, mais surtout un homme plein de distance à l'égard de lui-même, d'humilité presque. Un éblouissant éloge de l'ami disparu.